Pages

24/01/2017

Meurtri par la polémique, Polanski renonce à présider les César

Partagez !


«Profondément attristé», le cinéaste, poursuivi pour viol aux États-Unis depuis 1977, a décidé de ne pas donner suite à l'invitation de l'Académie des Arts et Techniques du cinéma.

«Il est très meurtri», assure le délégué général du Festival de Cannes Thierry Frémaux qui lui a parlé au téléphone. Face à la polémique qui ne cessait d'enfler, Roman Polanski a préféré renoncer à présider le 24 février prochain la 42e cérémonie des César. Le réalisateur du Pianiste «a décidé de ne pas donner suite à l'invitation» des organisateurs, précise le communiqué de son avocat. Cette polémique que le metteur en scène franco-polonais juge «injustifiée», ajoute le texte, l'a «profondément attristé et atteint  sa famille».

Le choix de l'Académie des César, la semaine dernière, du réalisateur de 83 ans, accusé de viol en 1977 aux États-Unis, a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux qui appelaient au boycott et auprès des associations féministes. Même la ministre des Droits des Femmes Laurence Rossignol avait protesté.

Pour accentuer la pression, les mouvements féministes avaient prévu un rassemblement mercredi matin devant le Fouquet's, quelques heures avant l'annonce officielle des nominations des César pour «redire leur colère» et «appeler les invité(e)s de la cérémonie à boycotter la soirée». «L'objectif, c'est de dénoncer le choix de l'Académie des César et de réveiller aussi la profession», soulignait Alice Coffin, coordinatrice de la manifestation et membre du groupe féministe La Barbe.
Pas de commentaires pour l'Académie des César

L'Académie des César, présidée par Alain Terzian (que nous avons tenté de faire réagir à maintes reprises), a gardé le silence jusqu'à présent. Elle va devoir désigner un remplaçant à Roman Polanski. La ministre de la Culture Audrey Azoulay s'était abstenue de critiquer leur choix. «Les faits en cause sont particulièrement graves. Mais ils sont aussi très anciens», avait-elle remarqué, sans se mouiller. Et d'ajouter toujours avec la même prudence: «Cette affaire poursuivra Roman Polanski toute sa vie. Il demeure néanmoins un cinéaste de très grand talent.» Même son de cloche chez l'ancienne ministre de la rue de Valois: Aurélie Filippetti avait souhaité «qu'on laisse Roman Polanski présider cette cérémonie». Ce qui a valu de nombreuses critiques sur les réseaux sociaux.

Dans le milieu du cinéma, quelques voix s'étaient élevées pour défendre le réalisateur de Tess, comme Gilles Lellouche, François Berléand ou Jean-Pierre Mocky. Roman Polanski, à l'époque âgé de 43 ans, avait été poursuivi en 1977 en Californie pour le viol d'une adolescente de 13 ans. Libéré sous caution après 42 jours de prison, le cinéaste qui avait plaidé coupable de «rapports sexuels illégaux» avec une mineure mais nié le viol, s'était enfui des États-Unis avant le verdict, craignant d'être lourdement condamné. Considéré depuis comme un «fugitif» par les États-Unis, il court toujours le risque d'y être extradé, malgré les interventions en sa faveur de la victime, qui a réclamé à plusieurs reprises l'abandon définitif des poursuites et dit lui avoir pardonné.

En décembre, la Cour suprême polonaise a mis fin à une procédure d'extradition entamée en 2014 à la demande de la justice américaine. Depuis 40 ans, cette affaire refait régulièrement surface. Elle avait fait l'objet d'une allusion voilée de Laurent Lafitte dans son discours de la cérémonie d'ouverture du dernier Festival de Cannes, suscitant la colère de l'épouse de Roman Polanski, Emmanuelle Seigner.

Source et crédits photos: lefigaro.fr

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +