Pages

17/11/2015

Qui est Abdelhamid Abaaoud, commanditaire présumé des attentats?

Partagez !

Plus de quarante-huit heures après les attentats qui ont fait au moins 129 morts vendredi 13 novembre, l'enquête progresse. Ce lundi matin, on apprend que le commanditaire des attentats aurait été identifié. Il s'agirait d'Abdelhamid Abaaoud, qui se trouverait en Syrie.

Il se fait appeler Abou Omar. Les enquêteurs s’intéressent de très près à lui, car ils le soupçonnent d’être le commanditaire des attentats de Paris. Mais son nom est déjà apparu dans plusieurs enquêtes de l'antiterrorisme en France. Notamment dans l'investigation sur un projet d'attentat déjoué contre une salle de concerts, selon une source proche du dossier.

Abdelhamid Abaaoud est un des jihadistes belges les plus connus. Le passé terroriste de cet homme de 27 ans d’origine marocaine est déjà bien chargé. Ayant grandi dans le quartier bruxellois de Molenbeek, où la police a procédé ce week-end à sept interpellations, il a rejoint les rangs de l’organisation Etat islamique début 2013 et connaît très bien Salah Abdeslam, recherché par toutes les polices européennes et suspecté d’être le huitième homme des attaques parisiennes.

Abou Omar s’est beaucoup affiché sur les réseaux sociaux, postant des vidéos de lui appelant au jihad et exhortant les Belges à rejoindre l’organisation Etat islamique sur sa propre page Facebook. Il est passé sur toutes les chaînes d’info pour avoir tracté derrière son pick-up des cadavres en Syrie. L'homme est considéré comme l'un des bourreaux les plus actifs du groupe EI en Syrie, où il se trouverait actuellement.

Révélateur d'une faille sécuritaire béante

Abdelhamid Abaaoud avait été identifié en janvier dernier comme le cerveau des attaques déjouées à Verviers en Belgique. Pour les enquêteurs, il était le donneur d'ordres et celui qui finançait l'opération. Ses plans avaient échoué grâce à l’intervention des autorités qui avaient abattu deux membres du commando. Un an plus tôt, le jihadiste avait fait la « Une » des journaux belges pour avoir enrôlé son frère de 13 ans.

A la suite des attentats ratés de Verviers, Abdelhamid Abaaoud avait nargué les autorités belges en parvenant à regagner la Syrie alors qu’il était recherché par toutes les polices d’Europe. Arrivé en Syrie, il avait bravé les autorités en diffusant une interview dans le magazine officiel du groupe Etat islamique.

Si la piste Abou Omar se confirme, elle serait le révélateur d’une faille sécuritaire béante en Belgique et en Europe. A ce stade, les enquêteurs ont établi un lien entre lui et Brahim Abdeslam (frère de Salah Abdeslam), 31 ans, l'un des jihadistes qui s'est fait exploser boulevard Voltaire vendredi 13 novembre à Paris. Le Français a résidé en Belgique, à Molenbeek justement, cette banlieue de Bruxelles connue pour être un fief islamiste.

rfi

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +