Pages

30/10/2015

Réunion à Vienne sur la Syrie: le sort de Bachar el-Assad divise

Partagez !

Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de la Russie, de la Turquie et d'Arabie Saoudite se sont réunis jeudi 29 octobre à Vienne pour travailler à une solution politique à la crise en Syrie. Cette rencontre, qui a été précédée d'une entrevue entre le chef de la diplomatie américaine John Kerry et son homologue iranien Javad Zarif, sera suivie vendredi dans la capitale autrichienne d'une réunion élargie.
La place de Bachar el-Assad dans un éventuel processus de transition politique devrait être au coeur des discussions.

Les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, de la Russie, de la Turquie et d'Arabie Saoudite se sont réunis jeudi 29 octobre à Vienne pour travailler à une solution politique à la crise en Syrie. Cette rencontre, qui a été précédée d'une entrevue entre le chef de la diplomatie américaine John Kerry et son homologue iranien Javad Zarif, sera suivie vendredi dans la capitale autrichienne d'une réunion élargie.  La place de Bachar el-Assad dans un éventuel processus de transition politique devrait être au coeur des discussions.

Pour John Kerry, ces discussions à Vienne représentent la meilleure chance de « sortir de l’enfer ». Pour la première fois, tous les acteurs extérieurs de la guerre civile en Syrie sont présents autour d’une table. Téhéran, qui soutient Bachar el-Assad, avait été tenu à l’écart de Genève 1 et Genève 2, en 2012 et 2014.

Le secrétaire d’Etat américain a rencontré jeudi après-midi son homologue iranien Mohammad Javad Zarif, avant de rejoindre les représentants russes, turcs et saoudiens pour une première réunion. Ce vendredi, d’autres délégations – iraniennes et françaises, entre autres – se joignent aux négociations. Il sera question de la place de Bachar el-Assad dans un éventuel processus de transition politique.

« Un accord sur le fond encore prématuré », selon Laurent Fabius

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a jugé que plusieurs sessions seraient nécessaires. « Il peut y avoir un accord sur la méthode, mais sur le fond, malheureusement, c’est encore prématuré », a-t-il déclaré. Jeudi soir, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a souhaité que tout le monde se montre « flexible ».

Née pour faire sensation

Découvrez l’élégance et le dynamisme de la nouvelle Kia cee’d qui vous propose des lignes sportives et des technologies connectées.

Un vœu pieux, tant les positions des participants à cette réunion sont divergentes. Certes, la participation de l'Iran constitue un signe de détente de la part des Saoudiens qui ont donné leur aval aux Etats-Unis pour qu'ils invitent Téhéran. Mais l'Arabie saoudite reste inflexible en ce qui concerne l’avenir de Bachar el-Assad, constate notre correspondante à Riyad, Clarence Rodriguez. Elle veut son départ sans condition. Les Saoudiens estiment que ni el-Assad ni les opposants n’ont plus leur mot à dire. Cette position sans concession est suivie de près par la France, les pays occidentaux et arabes. Ces pays proches de l’Arabie saoudite proposent de négocier un calendrier de départ du président syrien.

Soutien indéfectible de Moscou

A l’inverse, la Russie soutient Bachar el-Assad plus que jamais, rappelle notre correspondante à Moscou, Veronika Dorman. Selon Moscou, laisser le régime s’effondrer ou se désagréger alors que la Syrie est engagée dans une guerre chaotique mettrait en péril l’existence même du pays. C’est donc pour renforcer les positions de l’armée syrienne que la Russie intervient militairement en Syrie. Tout en prétendant attaquer l’organisation État islamique, les frappes russes intensives visent surtout pour l’instant les positions des groupes qui se battent contre l’armée d’el-Assad, y compris celles de l’opposition modérée.

Vladimir Poutine a reçuBachar el-Assad au Kremlin la semaine dernière pour entériner son soutien. Il lui a parlé, entre autres, de la nécessité de rechercher rapidement une solution politique au conflit. Un processus que la Russie compte bien superviser. Elle paraît néanmoins prête à accepter une passation de pouvoir en Syrie, à condition toutefois que l’actuel président participe à la transition politique, voire aux prochaines élections. Une position partagée par l'Iran.

Moscou cherche à imposer son plan de sortie de crise à la communauté internationale comme seule solution viable. Alors que pour certains observateurs, il s’agit encore et toujours d’un plan de sauvetage du président syrien.

Face à ses divergences, l'opposition syrienne se dit sceptique quant à la possibilité d'un résultat concret à Vienne. « Le fait que cette réunion ait lieu, avec toutes les parties prenantes dans le dossier syrien, c'est une bonne chose. Mais je ne suis pas optimiste sur la possibilité d'une solution au conflit syrien, à l'issue de cette réunion. Les positions des deux camps sont trop éloignées », estime ainsi Walid al-Bounni, membre de l'opposition syrienne en exil.

rfi

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +