Pages

31/10/2015

Les Etats-Unis vont déployer des forces spéciales en Syrie

Partagez !

La Maison Blanche a pris la décision de déployer des forces spéciales au sol dans le nord de la Syrie. L’objectif est de porter assistance aux rebelles syriens et aux forces kurdes qui se battent contre les terroristes de l’organisation Etat islamique dans cette région. Barack Obama a été, jusque là, opposé à toute présence américaine au sol. La Maison Blanche insiste sur le fait que ce déploiement de représente pas un changement de la stratégie des Etats-Unis.

 
La mission des forces spéciales est précise. Elles viennent en appui de l’opposition syrienne et des Kurdes. C’est une mission de conseil, précise la Maison Blanche, les militaires américains ne seront pas engagés dans les combats. L’objectif est de reprendre aux terroristes du groupe Etat islamique la localité de Raqqa. Ce déploiement s’accompagnera d’un renforcement plus large de l’implication militaire américaine. Des avions de combat supplémentaires vont arriver en Turquie.

Mais le porte-parole de Barack Obama, pressé de questions, insiste, le déploiement de forces spéciales sur le terrain en Syrie ne signifie en rien un changement de stratégie. Le président des Etats-Unis ne croit pas à une solution militaire dans le conflit syrien, dit Josh Earnest, il ne croit pas à une intervention massive qui risquerait de déboucher sur un bourbier comme celui de l'Irak.
 
« Conseillers américains »
Pas de changement de stratégie donc, mais une évolution, motivée d'abord par l'échec de la formation des rebelles syriens. Le modèle devient l'accompagnement des opposants, ou des forces kurdes, dans des opérations commando. Ce soutien en situation, avec un appui aérien, permet d'employer des armes que les Américains ne laisseront pas entre les mains des combattants locaux.

Le ministre de la Défense avait préparé l’opinion à cette inflexion de la politique américaine la semaine dernière devant le Congrès, après l’échec du programme de formation des rebelles syriens. Ashton Carter avait annoncé une plus grande implication des « conseillers américains ». Comme dans la dernière opération de libération d’otages, au cours de laquelle un militaire américain a été tué, dans le nord de l’Irak.
La Maison Blanche, par ailleurs, ne cache pas sa volonté de montrer aux Russes et aux Iraniens que les Etats-Unis n'abandonnent pas la Syrie. Les deux soutiens de Bachar el-Assad auront compris le message.

rfi

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +