Pages

21/09/2015

Le pape appelle les Cubains à s'engager auprès des plus démunis

Partagez !

Au lendemain de son arrivée à Cuba, le pape François a célébré la messe au cœur de La Havane, devant des milliers de fidèles. Il a invité les catholiques de l’île à servir leurs frères plus que les idéologies.

Comme Jean-Paul II et Benoît XVI avant lui, le pape François a célébré la messe sur l’emblématique Plaza de la Revolución dominée par les portraits géants des révolutionnaires Ernesto Che Guevara et Camilo Cienfuegose.

Devant le président Raul Castro, le chef de l’Eglise catholique a insisté pour dire que
« l’importance d’un peuple, d’une nation, d’une personne se fonde toujours sur la façon dont elle sert la fragilité de ses frères ». Dans ce pays majoritairement catholique mais où la pratique est peu répandue, il a alors invité les fidèles à servir les « personnes en chair et en os » plutôt que les idéologies.

Une foule importante sur la place


Au milieu de la foule, beaucoup de ceux qui agitaient des petits drapeaux aux couleurs du Vatican et de Cuba, semblaient être venus sur recommandation. Quelques banderoles, en revanche, invitaient l’île castriste à plus d’ouverture politique et évangélique : « La vérité vous rendra libres », pouvait-on lire sur un calicot, ou encore ce souhait : « Que Cuba s’ouvre à tous les Cubains ».

Depuis La Havane, le pape a également lancé un appel pour la réussite des négociations en cours entre le gouvernement colombien et les FARC, avec l’appui de Cuba. Le pape a ainsi souhaité que soit scellée une « réconciliation définitive » et déploré « le sang versé par des milliers d’innocents durant de nombreuses décennies de conflit armé ».

Diplomatie papale

Le pape n’est pas venu à Cuba pour mettre en difficulté un régime inquiet pour son avenir et qui a besoin de l’Eglise pour appuyer ses réformes économiques, analyse notre envoyée spéciale Geneviève Delrue. Deux mois et demi après le rétablissement des relations diplomatiques entre La Havane et Washington, le pape François vient au contraire soutenir un processus d’ouverture dont il a dit en arrivant à Cuba qu’il était la victoire de la culture du dialogue sur celle de la confrontation.

En demandant au président Raul Castro à l’aéroport de saluer son frère et en allant rendre une visite privée au vieux « Lider Maximo », Fidel Castro, le pape François poursuit cette diplomatie de la courtoisie et du dialogue dont il a prouvé récemment l’efficacité dans la réconciliation diplomatique américano-cubaine et qui lui vaut auprès du peuple cubain sa grande popularité.

Entretien avec Fidel Castro

Le pape François a rencontré ce dimanche l'ancien président cubain Fidel Castro à son domicile de La Havane, a annoncé à la presse le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi. L'entretien, de 30 à 40 minutes, s'est tenu à la mi-journée « dans une ambiance très familière et informelle » en présence de l'épouse du lider maximo Dalia Soto del Valle et d'une délégation réduite du Saint-Siège, a précisé le père Lombardi.

Fidel Castro avait rencontré une première fois le pape Jean Paul II au Vatican en 1996, puis à trois reprises lors de la visite de ce dernier à Cuba en 1998, et il avait été reçu en mars 2012 par le pape Benoît XVI à la nonciature de La Havane. Cette fois, le pape François a pris la peine de se rendre dans l'ouest de La Havane, au domicile du fondateur de la révolution cubaine âgé de 89 ans et retiré du pouvoir depuis 2006 pour raisons de santé.

Au cours de l'entretien, les deux hommes ont abordé divers thèmes tels que l'environnement, et François a offert quatre livres à Fidel Castro, dont deux de théologie. En retour, le père de la révolution cubaine lui a dédicacé son livre d'entretiens avec le théologien de la libération brésilien Frei Betto Fidel et la religion, terminant par ces mots : « avec admiration et respect du peuple cubain ». Le pape François poursuit ce lundi son voyage à Cuba et quitte La Havane pour Holguin. Il rejoindra dans la soirée la ville de Santiago, à l’est de l’île.

rfi

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +