Pages

22/08/2015

Le burkini interdit dans plusieurs lieux touristiques au Maroc

Partagez !

Plusieurs établissements ont interdit le port du Burkini à leurs clientes musulmanes à El Jadida, une ville côtière à une centaine de kilomètres de Casablanca au Maroc. Cette combinaison intégrale, d'où ne dépassent que le visage, les mains et les pieds, est spécialement conçue pour que les musulmanes pratiquantes puissent se baigner tout en respectant les exigences vestimentaires de leur religion.

Certains hôtels ont « strictement interdit l’accès aux piscines avec un burkini », rapporte le quotidien d’actualité marocain h24info.ma via le site d’information Eljadida scoop. C'est le cas de l'hôtel Ibis à El Jadida depuis août 2014 ainsi que « dans plusieurs autres régions touristiques du Royaume, certaines piscines ont tout bonnement prohibé l’accès aux femmes vêtues de burkini »
peut-on apprendre dans l’article.

Un des membres du Parti de la Justice et du Développement (PJD), Abdelaziz Aftati, s’est insurgé de cette décision en la qualifiant « d’ingérence inacceptable dans la liberté des gens et leurs croyances ». Selon lui « la société laïque radicale traite encore les citoyens sur des bases raciales et religieuses. »

Il y a un an, une chaîne hôtelière trois étoiles d’El Jadida avait déjà interdit à une de ses clientes de se baigner avec son burkini. L’enseignante s’était considérée comme « bafouée » et s’était empressée de partager son expérience sur les réseaux sociaux. Son témoignage avait notamment été partagé dans le groupe Facebook « Marocaine, musulmane et fière de mon maillot de bain intégral ». Abdelaziz Aftati avait également été sollicité par la jeune femme. Le « PJDiste » et député d’Oujda avait fait remonter l’information jusqu’à Lahcen Haddad, ministre du Tourisme. Ce dernier n’avait pas hésité à qualifier la chaîne hôtelière de « société laïque extrémiste » et de gratifier l’interdiction du port du burkini « d’insolence néocolonialiste ».

L'hôtel 5 étoiles Mazagan Beach Resort avait été accusé d'appliquer cette même politique mais a finalement démenti dans un communiqué que "depuis l’ouverture du Resort en 2009, ces femmes jouissent en toute liberté de toutes les installations et tous nos clients peuvent le constater".

Lefigaro.fr madame

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +