Pages

20/08/2015

Crise de l'Euro : La Grèce a remboursé la BCE... et après ?

Partagez !

L’approbation par le Parlement allemand, le Bundestag, mercredi 19 août, du troisième plan d’aide de 86 milliards d’euros à la Grèce en contrepartie d’un sévère plan de réformes, a permis à la Grèce de rembourser une infime partie de sa colossale dette.

Athènes a ainsi remboursé, jeudi 20 août, in extremis, les 3,4 milliards d’euros qu’elle devait à la Banque centrale européenne (BCE), dont 200 millions d’euros d’intérêts. Un autre paiement de
7,16 milliards d’euros, destiné à rembourser un prêt-relais accordé en juillet par les mêmes créanciers, a également été fait.

Reste à savoir si la Grèce pourra verser les autres échéances. Le consensus des économistes ne va pas vraiment dans cette direction. D’où les appels à envisager une restructuration de la dette, une mesure qui n’est pas mentionnée dans le nouveau protocole d’accord adopté par l’Eurogroupe le 14 août. Seule la déclaration finale du sommet de la zone euro du 13 juillet l’évoque, sous étroites conditions. La question de la soutenabilité de cet endettement est un point essentiel, comme l’a rappelé le Fonds monétaire international (FMI).

Une note émanant des créanciers de la Grèce et que Le Monde a pu se procurer ne cache d’ailleurs pas « de sérieuses inquiétudes » sur cette question de la soutenabilité. Le document établit trois scénarios dont l’un table sur une aggravation de la dette, qui pourrait atteindre 206,8 % du produit intérieur brut (PIB) dès 2016 avant d’amorcer une baisse progressive d’ici à 2030 pour atteindre 143,3 % du PIB. Le scénario le plus optimiste table, lui, sur 198,9 % en 2016 et 106,7 % en 2030. Mais les prévisions pour le moyen terme (soit 166,1 % en 2020) dépassent encore largement la cible initiale établie en 2012, qui évoquait une dette à 124 % du PIB en 2020.
lemonde.fr

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +