Pages

20/08/2015

Espagne : on ne plaisante pas avec la police, même sur Facebook !

Partagez !

Pour avoir publié sur Facebook une photo montrant une voiture de la police espagnole garée sur une place handicapée, une habitante de la province d'Alicante (Espagne) a écopé d'une amende de plus de 800 euros. Elle avait pourtant supprimé rapidement le cliché dès le lendemain.

On ne peut rigoler de tout impunément. Pour avoir nui à la réputation de la police locale, une habitante de Petrer, une commune proche d'Alicante dans le sud-est de l'Espagne, s'est vu infliger une amende de plus de 800 euros. Sa faute ? Avoir publié sur une page Facebook de sa ville une photo d'une voiture de la police garée sur une place handicapée, le tout accompagné d'un message ironique.
Une boutade peu du goût des agents locaux. Bien que le cliché ait été supprimé dès le lendemain, la police a porté plainte contre la jeune femme, invoquant
la loi de sécurité citoyenne qui punit toute atteinte à la sécurité des officiers de police et de leur famille. Brocardé "loi bâillon" par ses opposants, elle permet à la justice d'infliger jusqu'à 600 000 euros d'amende.
Une amende sans passage devant le juge 

Comme le rappelle le site local Petrealdia.com--, il est notamment interdit de faire usage "non autorisé d'images ou de données personnelles des membres des forces de sécurité qui pourraient mettre en danger les agents de sécurité ou leur famille, des locaux protégés, ou mettre en péril la réussite d'une opération." Et pourtant, aucun agent ne figurait sur le cliché, mais la plaque d'immatriculation du véhicule était visible. 

Pour sa défense, la police, par l'intermédiaire de son porte-parole, a expliqué que des agents étaient alors en pleine opération, appelés sur place pour des actes de vandalisme. Afin de procéder à des interpellations en flagrant délit, ils peuvent donc "se garer où ils peuvent". La police locale a donc jugé qu'elle était attaquée dans son honneur par cette "dénonciation" et s'est alors défendue, sa démarche étant autorisée par la loi entrée en application le 1er juillet dernier. Et les amendes sont infligées sans passage devant un juge.

tf1

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +