Pages

16/02/2012

Sarkozy enfin candidat, et... comment !

Partagez !


Ça y est ! Le suspense - ou le faux suspense, faudrait-il dire - est terminé ! Nicolas Sarkozy s'est enfin déclaré candidat à sa propre succession. Il l'a annoncé, ce mercredi, au journal de 20 heures de TF1. La campagne pour l'élection présidentielle des 22 mai et 6 avril est donc désormais ouverte.  

Qui ne s'en doutait pas ? Nicolas Sarkozy a enfin annoncé, ce mercredi 15 févier, sa candidature à l'élection présidentielle, mettant ainsi fin au cogito de
ceux qui ne s'y attendaient pas - parce que Martiens, sans doute ! - qu'il sera candidat à sa propre succession : " Oui, je suis candidat à l'élection présidentielle ", a déclaré Nicolas Sarkozy.

Réaction ironique du candidat socialiste

" Quelle nouvelle, quel bouleversement, quelle sensation ! ", s'est exclamé son rival socialiste, lors d'une réunion à Rouen, ironisant sur la médiatisation de la déclaration du président de la République dont il dira, imperturbable, " le président-candidat est désormais candidat-président ".  

Des propos qui ont déclenché l'hilarité de l'assistance  du candidat socialiste, qui allait ajouter : " La vérité, c'est que le président-candidat est candidat depuis cinq ans. A peine élu, il était déjà en campagne, à peine entré, il était déjà sortant ".

Maintien des réformes pour "une France forte"

Au cours de cette déclaration de candidature, Nicolas Sarkozy a parlé d' "une France forte" qui "devrait faire des choix " pour, estime-t-il, "s'installer dans le nouveau monde". Car, selon lui, ainsi seulement la France pourra-t-elle " être protégée ". Une protection qui nécessite des changements ; car, soutient Sarkozy, " une nouvelle période s'ouvre [...] et la France ne peut pas rester à l'écart de la course du monde ". Le président de la République préconise donc de "continuer à faire des changements" car, selon lui,  " les réformes déjà engagées commencent à produire leurs effets ".

Référendums et chômage

Nicolas Sarkozy promet, s'il est réélu, de maintenir le recours au référendum car " l'idée centrale de son projet" serait, d'après lui, de " redonner la parole au peuple français " à travers ce moyen de consultation. " Chaque fois, a-t-il promis, qu'il y'aura un blocage, je ferai trancher le peuple français".

Des consultations qui devraient, selon la proposition du président de la République, commencer avec "la question du chômage, de son indemnisation et de la formation". Il est, estime Sarkozy, de son devoir de président de la République "de régler les problèmes".
Aussi souhaite-t-il "protéger les chômeurs", en "les indemnisant", bien sûr, mais aussi en leur " donnant le moyen d'exercer un nouveau métier" , affirme-t-il, faisant ainsi allusion à la formation obligatoire et à l'emploi correspondant - qu'il nous annonçait tantôt - que le chômeur ne saurait refuser.


[+ Abdoulaye Jamil Diallo]

Aucun commentaire:
Votre commentaire
Vous aimerez peut-être × +